Astuce d’éducation bienveillante – Outil 1 spécial confinement

 

Depuis le début du confinement, Ummaty Shop te donne des idées d’activité pour occuper tes enfants pendant le confinement. Tu peux retrouver toutes les idées déjà publiées en cliquant ICI.

A partir d’aujourd’hui, je remets ma casquette de formatrice « Faber & Mazlisch » afin de te donner chaque jour, pendant 15 jours, une astuce d’éducation bienveillante. C’est parti pour l’outil 1 spécial confinement !

 

On va débuter avec ce qui est, pour moi, le point essentiel, le point de départ de la communication non-violente, de l’éducation positive : l’accueil des sentiments de l’autre, et en l’occurrence de l’enfant.

Concrètement, de quoi s’agit-il ? Je vais te donner un exemple :

L’enfant : “Je veux enlever ma veste”
La mère ” Non, il fait froid”
L’enfant : “Mais moi j’ai chaud, je n’ai pas froid”
La mère “Si ! Tu as froid, il fait froid, si tu enlèves ta veste tu vas tomber malade !”
Ou encore :
La mère “Regarde ton petit frère comme il est beau !”
L’enfant “Je ne l’aime pas ce bébé”
La mère “Mais si tu l’aimes ! C’est ton frère !”

Et oui, on l’a toutes fait ! Mais c’est ça l’éducation me diras-tu…
En es-tu sûre ?

Maintenant, imagine-toi avec ta copine, en train de boire le thé confortablement installé sur son canapé…

Toi : ”Je vais enlever ma veste, j’ai chaud”
La copine : “Non tu n’as pas chaud, il fait froid ! “
Toi : “Ah si ! Moi j’ai chaud !”
La copine : “Non, tu as froid ! Si tu enlèves ta veste tu vas tomber malade !”

Imaginons que tu choisisses de lui obéir, et que la conversation continue…

La copine : “Tu connais foulana (votre pire ennemie) ? Qu’est ce qu’elle est gentille ! Et belle ! Allahumma barik !”
Toi : “Je ne l’aime pas”
La copine : “Arrête, mais si, tu l’aimes, c’est obligé : c’est ta soeur fi-LLAH !”

A la suite de cet échange, seras-tu bien disposée et de bonne humeur, avenante et agréable avec ton interlocutrice ? Certaines répondront avec vigueur, d’autres se tairont et seront blessées au plus profond d’elles, chacune réagira selon son caractère et son éducation, mais toutes seront perturbées par cette conversation.

C’est ce que nous faisons subir au quotidien à nos enfants : nous nions leurs sentiments et sensations, sous prétexte que nous sommes adultes et que nous “savons” mieux. Cela a pour conséquence de mettre en colère nos minimuz, ou de les attrister.
.
Alors, Adèle Faber et Elaine Mazlish nous proposent quelques habiletés pour accueillir les sentiments de nos enfants en les respectant.

Je vais les résumer ici :

– Ecouter en silence et avec attention
– Accueillir les sentiments avec un seul mot (“oh je vois”)
– Nommer le sentiment (“ça à l’air très énervant”)
– Utiliser l’imaginaire (“j’aimerais claquer des doigts pour que ça fasse remonter la température, pour que tu puisses te mettre en tee-shirt !”)
– Accueillir les sentiments (TOUS les sentiments) mais limiter certaines actions “je vois que tu es fâché contre ton frère mais tu ne peux pas lui taper dessus, dis lui avec des mots”.

Ceci est en conformité avec l’attitude qu’adoptait Notre Prophète, alayhi salat wa salam, avec les enfants : il les respectaient et les considéraient comme des personnes à part entière, il s’adressait à eux et ne les négligeait pas.

Pour preuve, je te donne ce hadith :

Anas radiallahou ‘anhou rapporte :

” J’avais un petit-frère ayant comme qouniya Abu Oumayr.
Il possédait un petit oiseau avec lequel il jouait.
Puis cet oiseau mourut, lorsque le messager d’Allah se présenta chez nous et qu’il constata la tristesse de l’enfant.
Il demanda qu’a t’il ?
on lui a dit il est triste car son oiseau est mort.
Le messager lui a donc dit : ” O Abou Oumayr qu’a fait ton oiseau? “.

[Authentifié par Cheikh Al Abani Sunane Abu Dawud N° 4969]
(copié de http://www.3ilmchar3i.net)

Subhana-LLAH, on voit ici à quel point le Prophète, alayhi salat wa salam, a pris en considération la tristesse du petit garçon et ne l’a pas minimisé comme nous serions tentées de le faire de nos jours.

“Il est mort ton oiseau ! C’est pas grave, ne pleure pas… Allez, je vais t’en acheter un autre.”

Voici donc la première astuce du jour : accueillir les sentiments de l’autre.

Essaye de mettre celle-ci en pratique et donne moi ton avis dans les commentaires.

A demain pour la suite… Et d’ici là, prends soin de toi et de tes proches !

Pin It on Pinterest

Share This